Arts, civilisation et histoire de l'Europe - ARCHE - UR 3400 - Faculté des sciences historiques - FSH - Université de Strasbourg https://arche.unistra.fr fr Arts, civilisation et histoire de l'Europe - ARCHE - UR 3400 - Faculté des sciences historiques - FSH - Université de Strasbourg Wed, 25 May 2022 15:44:54 +0200 Wed, 25 May 2022 15:44:54 +0200 TYPO3 EXT:news news-11142 Fri, 22 Apr 2022 00:00:00 +0200 Nouveaux membres /actualites/actualite/nouveaux-membres-4 L'ARCHE s'agrandit de 2 nouveaux membres associés. Découvrez leurs travaux ! Docteur.e.s de l'équipe et désormais associés : bienvenue à nouveau !

]]>
Actualités de l'ARCHE
news-10876 Wed, 16 Mar 2022 10:14:00 +0100 Nouveaux membres /actualites/actualite/nouveaux-membres-3 L'ARCHE s'agrandit de 2 nouveaux membres associés. Découvrez leurs travaux Docteur.e.s de l'équipe et désormais associés : bienvenue à nouveau !

  • Yuko Katsutani

    Docteur en Histoire de l'art
    Cross-border Post-doctoral Research Fellow of the Japan Society for the Promotion of Science (JSPS) attaché à l’université Kokugakuin (Tokyo)

  • Nicolas Tatessian

    Docteur en Histoire médiévale
    Professeur agrégé et certifié d'Histoire-Géographie

]]>
Actualités de l'ARCHE
news-10779 Mon, 28 Feb 2022 11:38:04 +0100 Source(s) http://www.ouvroir.fr/sources/ Source(s) est désormais accessible en ligne sur PAREO, nouvelle plateforme de revues de la MISHA. Actualités de l'ARCHE Publications de l'ARCHE news-10773 Mon, 28 Feb 2022 08:30:03 +0100 Ukraine /actualites/actualite/ukraine L’unité de recherche ARCHE exprime sa profonde solidarité avec les chercheurs, les étudiants, et avec l’ensemble de la société ukrainienne, victimes de l’intervention militaire de la Russie.

L’entrée des forces armées russes et les bombardements sur l’Ukraine, engagés le 24 février 2022, constituent un événement historique d’une violence et d’une ampleur inouïe qui fait écho aux drames du passé. Nul ne sait quand et comment finira cette guerre mais nous connaissons déjà son coût pour la paix en Europe et dans l’espace post-soviétique.

Face aux usages belliqueux de l’histoire et à l’étouffement du pluralisme politique, les chercheurs doivent plus que jamais élever la voix pour refuser une instrumentalisation infondée de l’histoire et de la mémoire et faire valoir la raison critique.

En partenariat avec les chercheurs ukrainiens, russes et européens, ARCHE  continuera à porter la parole des sciences humaines et sociales contre la violence armée et la négation des crimes du passé. Elle apportera aussi son soutien aux voix indépendantes et courageuses qui tentent de se faire entendre en Russie et dans la région.

]]>
Actualités de l'ARCHE
news-10700 Tue, 08 Feb 2022 13:52:26 +0100 Lettre d'information n° 6 - février 2022 https://histoire.unistra.fr/websites/arche/newsletter/fevrier_2022/fevrier_2022.html Les dernières nouvelles du labo Actualités de l'ARCHE news-10679 Thu, 03 Feb 2022 12:38:26 +0100 Les dessous de la grimace dans les arts https://recherche.unistra.fr/actualites-recherche/actualites-de-la-recherche/les-dessous-de-la-grimace-dans-les-arts Entretien avec Martial Guédron Actualités de l'ARCHE news-10666 Tue, 01 Feb 2022 13:38:01 +0100 Nouveaux membres /actualites/actualite/nouveaux-membres-2 L'ARCHE s'agrandit de 4 nouveaux membres associés. Découvrez leurs travaux Docteur.e.s de l'équipe et désormais associés : bienvenue à nouveau !

]]>
Actualités de l'ARCHE
news-10459 Mon, 06 Dec 2021 12:16:07 +0100 Fanny Kieffer reçoit le Prix Ourisson 2021 http://www.cercle-gutenberg.fr/titulaires-et-laureats/prix-guy-ourisson-et-autres-prix-jeunes-chercheurs/ Toutes nos félicitations à notre collègue lauréate du Prix Ourisson 2021 décerné par le Cercle Gutenberg ! Actualités de l'ARCHE news-10384 Mon, 22 Nov 2021 16:57:52 +0100 Circulations, mobilités, migrations – l’Europe en mouvement du Moyen Âge à nos jours /actualites/actualite/circulations-mobilites-migrations-leurope-en-mouvement-du-moyen-age-a-nos-jours XXIe Colloque Poznań-Strasbourg | 17-18 novembre 2022 | Université de Strasbourg Circulations, mobilités, migrations – l’Europe en mouvement  du Moyen Âge à nos jours

Premier volet : Se rendre à l'étranger : entre formation et divertissement

XXIe Colloque Poznań-Strasbourg

17-18 novembre 2022

Université de Strasbourg

 

Les relations scientifiques continues et ininterrompues entre l'Université de Strasbourg et celle de Poznań remontent aux années 1970. Elles ont notamment donné lieu à des échanges fructueux entre enseignants et entre étudiants, suscité des colloques bisannuels (à Poznań et à Strasbourg), qui ont permis de construire une série des publications s'ouvrant sur différentes perspectives de recherche.

Dans la logique de cet échange, nous aimerions nous inscrire dans la continuité des questions déjà abordées (notamment dans la rencontre de 2014, qui évoquait la ville comme lieu de métissages et d’échanges, et dont les actes sont parus sous le titre Cultures en transit dans l’espace urbain) en nous concentrant sur la problématique des migrations, des échanges sociaux et culturels et des déplacements, libres ou contraints. Sous le titre général « Circulation, mobilité, migration – Europe en mouvement depuis le Moyen Âge à nos jours », il s’agira de distinguer deux volets. Le premier s'intitulera « Se rendre à l'étranger : entre formation et divertissement ». Le colloque est prévu pour novembre 2022 à Strasbourg. Le second volet aura lieu en 2024 à Poznań et portera plus spécifiquement sur les migrations économiques et les déplacements contraints.

 

Les voyages de formation et d’études font partie des terrains depuis longtemps abordés par les historiens de la culture européenne et du cosmopolitisme, qui ont connu des renouvellements récents : historiographie des réseaux, des voyages féminins, des collections d’art et de sciences, ou des mobilités étudiantes et enseignantes, pour ne citer que quelques exemples. Dès la fin du Moyen Âge, plus nettement encore à partir de la Renaissance, ces voyages d’études et de formation ont alimenté des va-et-vient réguliers et des séjours parfois longs de plusieurs années mettant étroitement en relation la France et la Pologne avec l’Italie. Sans omettre le fait que les spécialisations en théologie et en droit canon conduisaient nombre de jeunes clercs à passer par Rome, les amateurs des sciences et d’antiquités trouvaient de quoi satisfaire leur passion en fréquentant universités, bibliothèques, collections et cabinets de curiosités – à Padoue, Bologne, Venise, Florence –, ceci jusqu’au début du XIXe siècle et l’ère napoléonienne. Les séjours d’artistes sur la terre des beaux-arts et de l’Antiquité classique se sont également imposés comme de véritables étapes initiatiques – jusqu’aux apprentis peintres et sculpteurs originaires du continent américain – avant que d’autres pôles de la création et de l’enseignement artistiques ne s’imposent, après 1850/1860 – Paris, Vienne et Berlin, notamment. Le compagnonnage des artisans se jouait parfois des frontières, par exemple dans le cadre du Saint-Empire, et la formation professionnelle des marchands supposait de même des séjours s’apparentant à des stages, s’ajustant à la géographie des grands flux d’échanges et des comptoirs commerciaux, continentale ou méditerranéenne. La recherche historique a permis de montrer que les apprentissages justifiant le séjour à l’étranger étaient souvent précisément codifiés, tout en laissant une certaine licence au sein des expériences de découverte, de loisir et de sociabilité auxquelles les jeunes visiteurs étaient invités à se livrer. Les enquêtes ont aussi porté sur la littérature didactique encadrant ces voyages de jeunes gens, abondante dès le XVIIIe siècle, et appelée à se transformer avec le temps en guides et digests divers destinés à la jeunesse (le n° 18 de Source(s), la revue de l’ARCHE, est justement consacré aux Voyages éducatifs : histoires de textes et de pratiques pédagogiques). Enfin, lorsqu’on entre dans la période contemporaine (XIXe-XXIe siècles), il a été souvent observé une augmentation des effectifs et une diversification des profils des personnes entreprenant des voyages de formation (notamment à travers leur ouverture aux femmes, comme le montre l’exemple des boursières Albert Kahn, au début du XXe siècle), ainsi qu’à une complexification de leurs circuits et de leurs points d’intérêt. Ainsi, au siècle de l’industrialisation, l’Angleterre du charbon et des machines à vapeur est devenue une terre propice aux voyages d’études, tandis qu’à l’ère wilhelmienne, l’Allemagne apparaissait comme un laboratoire des innovations technologiques et des méthodes de la recherche universitaire. Plus tard enfin, dans l’entre-deux-guerres, les États totalitaires ont exercé leur fascination sur une partie de la jeunesse bourgeoise ou prolétarienne, et les voyages d’observation, à résonance initiatique mais n’excluant pas toujours le divertissement, ont attiré des candidats de tous horizons à Moscou, Berlin, ou encore Rome… 

 

Mais l’Europe contemporaine est aussi le produit de formes plus massives de migrations et de déplacements – depuis la passion pour les voyages qui se réalise en partie par l’accumulation de capital au sein des sociétés les plus privilégiées économiquement (c’est-à-dire l’embourgeoisement du voyage de loisir, au fil de l’époque contemporaine, jusqu’à sa mutation en tourisme de masse que nous connaissons depuis une cinquantaine d’années) jusqu'aux déplacements forcés dans les conditions les plus déplorables, où la mort tragique de migrants n'est plus un cas exceptionnel. L'actualité de ces migrations s'explique particulièrement par le passé. L’existence ancienne d’un marché du travail mondialisé, d’abord à l’échelle de la sphère atlantique puis au-delà, par l’intermédiaire des Empires coloniaux, a été documentée par les recherches portant sur la place du travail contraint et du salariat bridé dans la dynamique du capitalisme contemporain – on pense notamment à celles d’Alessandro Stanziani. La seconde industrialisation a notamment tenu un grand rôle, des années 1880 jusqu’au lendemain de la deuxième guerre mondiale (pour l’Europe de l’Ouest, tout au moins, avec la reconstruction et la croissance), pour développer, orienter et surtout réguler les flux de main-d’œuvre étrangère, qui sont devenues l’un des thèmes des relations internationales et du droit international, comme l’a montré le travail récent de Philippe Rygiel, L’ordre des circulations ?. Parallèlement, les guerres du XXe siècle et la recrudescence des régimes dictatoriaux ont provoqué de très importants déplacements de populations, et plusieurs « crises des réfugiés » peuvent être distinguées si l’on veut mettre en perspective la dramatique situation actuelle. Les questions liées aux migrations seront donc abordées dans une approche transdisciplinaire, incluant des dimensions historiques, sociales, juridiques, économiques et politiques, dans le cadre d’un champ d'études qui n'exclut pas des perspectives plus larges (Méditerranée, Proche-Orient, Afrique, Asie, Amériques). Ainsi, l'Europe peut être pensée comme un point de départ et d'impulsion des déplacements divers, et grâce à une perspective sociolinguistique et historique, il nous sera loisible de mieux analyser certains phénomènes pouvant être pensés en lien avec les migrations, comme l'exclusion, la xénophobie ou le racisme.

 

Retour des propositions pour le 30 janvier 2022

Les propositions de contributions sont à adresser à Audrey Kichelewski (kichelewski[at]unistra.fr )

]]>
Actualités de l'ARCHE
news-10327 Fri, 05 Nov 2021 12:41:27 +0100 La guerre franco-allemande de 1870 mise au goût du jour https://recherche.unistra.fr/actualites-recherche/actualites-de-la-recherche/la-guerre-franco-allemande-de-1870-mise-au-gout-du-jour A travers leur ouvrage, La guerre franco-allemande de 1870, une histoire globale, Nicolas Bourguinat et Gilles Vogt, de l’équipe d’accueil Arts, civilisation et histoire de l'Europe, ont souhaité mettre à jour une vision globale du conflit en prenant en compte le point de vue des acteurs mondiaux et locaux. L'ouvrage a été récompensé par le prix Maurice Baumont de l'Académie des sciences morales et politiques. Actualités de l'ARCHE news-10186 Thu, 30 Sep 2021 18:03:33 +0200 Lettre d'information n° 5 - octobre 2021 https://histoire.unistra.fr/websites/arche/newsletter/octobre_2021/octobre_2021.html Les dernières nouvelles du labo Actualités de l'ARCHE news-10123 Tue, 14 Sep 2021 16:56:06 +0200 Migrations en Alsace de 1870 aux années 1930 : « Accéder au point de vue des acteurs sur place » https://recherche.unistra.fr/actualites-recherche/actualites-de-la-recherche/migrations-en-alsace-de-1870-aux-annees-1930-acceder-au-point-de-vue-des-acteurs-sur-place Rencontre avec Ségolène Plyer Actualités de l'ARCHE news-9931 Mon, 21 Jun 2021 09:20:38 +0200 Prix de thèse pour Juliette Deloye /actualites/actualite/prix-de-these-pour-juliette-deloye Juliette Deloye recompensée par l'un des trois prix de la Fondation Université de Strasbourg Juliette Deloye reçoit par l'un des trois prix de la Fondation Université de Strasbourg pour sa thèse intitulée (Ré)écritures d’un ministère : les Affaires étrangères de la monarchie d’Ancien Régime à la Restauration, soutenue sous la direction d'Isabelle Laboulais et Nicoals Schapira.

Toutes nos félicitations !

Présentation de Juliette Deloye lors de la cérémonie de remise des prix du 18 juin 2021 (à 1:02:38)

]]>
Actualités de l'ARCHE
news-9923 Fri, 18 Jun 2021 12:06:23 +0200 Football, du sport populaire à un enjeu commercial https://recherche.unistra.fr/actualites-recherche/actualites-de-la-recherche/football-du-sport-populaire-a-un-enjeu-commercial André Gounot, chercheur au laboratoire Arts, civilisation et histoire de l'Europe (Arche) revient sur l'histoire du football, un sport populaire né dans les années 1860 en Angleterre. Devenu phénomène de masse après la Première Guerre mondiale, il regroupe aujourd'hui à la fois des enjeux commerciaux et politiques en lien notamment avec le projet de création de la Super ligue européenne. Actualités de l'ARCHE news-9678 Fri, 21 May 2021 18:06:59 +0200 Sport et mouvements ouvriers : rencontre avec André Gounot https://assolvds.fr/2021/05/21/sport-et-mouvements-ouvriers-rencontre-avec-andre-gounot/ Actualités de l'ARCHE news-9640 Thu, 06 May 2021 18:24:34 +0200 Endurer et servir. Expérience(s) de guerre en question https://www.irsem.fr/agenda-enhancer/agenda/journee-des-doctorants-endurer-et-servir-experience-s-de-guerre-en-question.html Journée des doctorant·es de l’IRSEM et du SHD. 17 septembre 2021, École Militaire, Paris Actualités de l'ARCHE news-9259 Thu, 22 Apr 2021 16:05:22 +0200 Sur les traces de Sébastien Brant https://recherche.unistra.fr/actualites-recherche/actualites-de-la-recherche/sur-les-traces-de-sebastien-brant Entretien avec Peter Andersen, professeur d’Histoire et de Littérature allemandes anciennes Actualités de l'ARCHE news-9256 Tue, 20 Apr 2021 16:51:15 +0200 Zoom sur les collections orientales de Strasbourg https://recherche.unistra.fr/actualites-recherche/actualites-de-la-recherche/zoom-sur-les-collections-orientales-de-strasbourg Entretien avec Nourrane Ben Azzouna, Maître de conférences en Histoire des Arts de l’Islam, et Claude Lorentz, conservateur en chef à la BNU Actualités de l'ARCHE news-9253 Tue, 20 Apr 2021 13:12:18 +0200 Vidéos de la JE "Transmettre le souvenir" http://www.canalc2.tv/video/15734 Journée d'étude du 9 avril à retrouver en vidéo sur canalc2 Actualités de l'ARCHE news-9209 Wed, 14 Apr 2021 15:26:46 +0200 Ésotérisme, quelle perception aujourd'hui ? https://recherche.unistra.fr/actualites-recherche/actualites-de-la-recherche/esoterisme-quelle-perception Entretien avec Damien Karbovnik. Actualités de l'ARCHE news-8794 Mon, 12 Apr 2021 10:24:48 +0200 Comment allier sources médiévales et informatique ? https://recherche.unistra.fr/actualites-recherche/actualites-de-la-recherche/comment-allier-sources-medievales-et-informatique Un entretien avec Thomas Brunner, Guillaume Porte et Olivier Richard Actualités de l'ARCHE news-8795 Sat, 10 Apr 2021 10:33:00 +0200 Poche de Colmar : « L'armée tiendra jusqu'au dernier » https://recherche.unistra.fr/actualites-recherche/actualites-de-la-recherche/poche-de-colmar-la-farouche-resistance-allemande Présentation de son livre par Geoffrey Koenig Actualités de l'ARCHE news-8785 Tue, 06 Apr 2021 12:56:11 +0200 Bâtir l’architecture et la ville : des écoles en leurs territoires ? (XXe – XXIe siècles) /actualites/actualite/batir-larchitecture-et-la-ville-des-ecoles-en-leurs-territoires-xxe-xxie-siecles Bâtir l’architecture et la ville : des écoles en leurs territoires ? (XXe-XXIe siècles)

Appel à contributions pour une journée d’étude en février 2022, ENSA Strasbourg

Journée d’étude associée à la célébration du centenaire de l’ENSA Strasbourg et à l’exposition « L’école d’architecture de Strasbourg (1921-2021) : une douce modernité en Alsace ? » (aux Archives de la Ville et de l’Eurométropole)

Organisation : Gauthier Bolle (Mcf. ENSAS, ARCHE), Amandine Diener (Mcf. Institut de Géoarchitecture, Laboratoire Géoarchitecture / associée à ARCHE), Nicolas Lefort (ARCHE), avec la collaboration de Cécile Rivière (doctorante ENSAS-ARCHE).

Conseil scientifique : Ana bela de Araujo (Mcf. ENSA Marseille), Caroline Bauer (Mcf. ENSAP Lille), Mireille Bouvet (Inventaire général du patrimoine culturel, Grand-Est), Anne-Marie Châtelet (Pr. ENSAS), Laurence Chevalier (Mcf. ENSAP Bordeaux), Maxime Decommer (Mcf. ENSA Bretagne), Richard Klein (Pr. ENSAP Lille), Dave Lüthi (Pr. Université de Lausanne), Karine Thilleul (Mcf. ENSA Nancy), Alexandra Pignol (Mcf. ENSA Strasbourg).

Dans la première moitié du XXe siècle, la création d’écoles régionales d’architecture, « antennes » locales de l’École nationale supérieure des beaux-arts (ENSBA) de Paris jusqu’en 1968 (1), a permis le développement de plusieurs foyers régionaux d’enseignement. Souvent héritières d’enseignements préexistants au sein d’écoles municipales des Beaux-Arts, sont créées ainsi des écoles à Rouen (1904), puis à Rennes, Lille, Marseille, Montpellier (1905), Lyon (1906), Strasbourg (1921), Grenoble (1925), Bordeaux (1928), Toulouse et Alger (1940), Nancy (1943) et Nantes (1945). Après 1968 et la fin de la section architecture à l’ENSBA, de nouveaux établissements sont fondés sous le nom d’unités pédagogiques qui, s’ils sont davantage autonomes dans leur gestion de l'enseignement, demeurent cependant sous la tutelle d’une administration centrale. Alors que plusieurs monographies d’écoles ont été engagées ces dernières années (2), visant à éclairer notamment le contexte de leur création et leur évolution au cours du siècle à partir de sources écrites et orales souvent inédites, cette journée d’étude est dédiée à une double analyse : celle de l’empreinte intellectuelle, culturelle et bâtie de ces écoles sur environnement régional voire au-delà, et celle des perméabilités entre ces lieux d’enseignement et la sphère professionnelle.

En 2021, l’École d'architecture de Strasbourg célébrera le centenaire de sa création, par laquelle l’État souhaitait affirmer la puissance de l’École des beaux-arts face aux écoles techniques allemandes, en prônant une culture architecturale nationale. Son inauguration fut ainsi accompagnée en 1922 d’une exposition intitulée « L’œuvre des architectes de l’École française du milieu du XVIIe siècle à nos jours ». Cent ans plus tard, l’exposition « L’école d’architecture de Strasbourg (1921-2021) : une douce modernité en Alsace ? » interroge le bilan de la contribution apportée par cette école et ses acteurs sur le terrain local. Cette exposition offre un regard croisé entre la formation dispensée à l’École et la production bâtie de ceux qui en sont issus ou qui y ont enseigné depuis 100 ans. Quatre phases chronologiques illustrent les logiques à l’œuvre : le poids de l’héritage classique porté par des acteurs de l’administration des bâtiments civils et des monuments historiques tel Robert Danis, premier directeur de l’école (3) ; l’oscillation voire l’association entre traditions régionales et tentation moderne chez ses élèves, qui prennent les rênes de l’école et du milieu professionnel local après la Seconde Guerre mondiale, à l’instar de Gustave Stoskopf (4). Puis, les années 1970 marquent une période de crises et de bouillonnements dans le sillage de 1968 : l’école change de visage avec le recrutement de nouveaux enseignants issus d’autres formations et venus d’ailleurs (de Paris ou de l’étranger). De nouvelles disciplines font leur apparition, portant un regard autre, issu des sciences sociales, sur les environnements bâtis. Enfin, depuis la fin des années 1980, l’affirmation de la recherche et l’ouverture internationale accrue de l’école demeurent associées à la formation et la présence forte d’architectes actifs sur le terrain local.

Afin d’engager une logique comparative, cette journée d’étude invite à analyser l’héritage de ces écoles sur leurs territoires de leur création jusqu’à nos jours, à travers les parcours de leurs acteurs (enseignants, élèves, diplômés), l’évolution des milieux (milieu professionnel, réseaux) ou encore celle des formes architecturales et urbaines. Alors que l’historiographie de l’architecture a souvent mis en lumière des déclinaisons ou incursions locales du Mouvement moderne, nous proposons d’inverser la logique en partant de l’analyse du « local » afin d’observer les évolutions et effets de réception singuliers qui traversent ces « foyers ». Il s’agit donc d’interroger les interactions entre les sphères pédagogiques, professionnelles et culturelles en examinant la production des écoles entendue dans un sens large (bâtie, intellectuelle, culturelle…).

L’appel à contributions est ouvert à des approches plurielles notamment d’ordre historique ou sociologique et il encourage également l’observation de la période contemporaine. Les propositions de communication doivent s’inscrire dans l’un des trois axes proposés, et peuvent aussi couvrir plusieurs de ces champs de questionnements :

 

Axe 1 / Des modernités « régionales » ?

Au sein de cet axe, il s’agit d’observer les conditions d’hybridation des processus de modernisation (influences éventuelles du Mouvement moderne) à la persistance de traditions locales en examinant la production bâtie, urbaine ou théorique.

Dans quelle mesure et selon quelles conditions l’expression architecturale développée s’inscrit-elle dans l’affirmation d’une culture locale ? Comment la question des modèles régionaux, particulièrement vivaces à certaines périodes, a-t-elle perduré au XXe siècle et jusqu’à nos jours ? Quelles sont les relectures de traditions locales effectuées par les architectes ? De quelle manière le discours de modernisation – porté par les écrits d’architectes ou les revues professionnelles par exemple – est-il articulé à ces questions ?

L’analyse de situations transfrontalières, multiculturelles ou soumises à des influences croisées serait particulièrement bienvenue ici afin d’examiner la circulation, l’évolution ou la pérennité de certains modèles et archétypes régionaux.

 

Axe 2 / Vues d’ailleurs

Cet axe propose de nourrir la réflexion à deux niveaux, élargissant la focale au-delà du terrain de rayonnement local des écoles considérées. D’une part, il invite à l’étude des effets d’un cadre administratif centralisé, au fil du siècle, sur le monde de l’enseignement comme sur le secteur de la construction. Comment les réformes et les procédures dans ces deux domaines ont-elles permis de renouveler le paysage institutionnel et le paysage construit ? D’autre part, il propose de considérer l’apport d’acteurs « extérieurs », architectes parisiens ou d’ailleurs venant pratiquer ou enseigner dans une région donnée, en regardant les modalités de leur venue et de leurs collaborations sur le terrain local. Les effets de l’internationalisation du milieu de l’enseignement est également une piste féconde d’interrogation, en questionnant particulièrement la réception la réception locale des idées comme des pratiques de ces enseignants.

Enfin, à l’instar de la carrière exemplaire de Roland Schweitzer (5), menée en grande partie en dehors du giron alsacien, il serait aussi pertinent d’examiner les effets « d’exportation » d’architectes du cru lorsqu’ils s’éloignent de leur terre d’origine. On peut aussi, par ce biais, questionner la constitution, les effets de diffusion et de médiatisation de groupes ou d’écoles de pensée nées au sein de lieux d’enseignements.

 

Axe 3 / De l’école aux chantiers

Ce dernier axe porte plus spécifiquement sur les rapports entretenus entre l'enseignement de l’architecture et la profession. La porosité entre la production des élèves et le milieu local pourra être observée au travers de plusieurs aspects, notamment l’ancrage des projets sur des sites réels ou inspirés par des chantiers en cours ou récemment achevés. En effet, quel est l’impact de l’actualité de la production bâtie à l’échelle locale sur les travaux des élèves, notamment les diplômes, tant d’un point de vue esthétique, technique que programmatique ? Les travaux d’élèves sont-ils l’expression d’une activité professionnelle engagée durant les études, et rattachée à la figure d’un maître ? En cela, traduisent-ils des collaborations qui se nouent entre élèves et enseignants, et sont-ils réalisés ?

Les relations entre enseignement et profession pourront par ailleurs être observées par le biais des réseaux qui, constitués parfois dès les bancs de l’école, se consolident au sein d’agences, de collectifs mais aussi de structures institutionnelles ou de sociabilités (Ordre des architectes, syndicats, CAUE ou maisons de l’architecture notamment). Comment naissent et se développent, par-delà le milieu scolaire, ces collaborations ?

Enfin, il s’agira d’interroger la manière dont des enseignements sont mobilisés par les architectes dans l’exercice même de leur production. Constate-t-on des inflexions théoriques et bâties de maîtres à élèves ? Les effets de générations, ou de filiations de pensées, s’expriment-elles à l’occasion des projets architecturaux ?

 

Modalités de remise des propositions

Les propositions sont à envoyer pour le lundi 5 juillet 2021, aux adresses suivantes : gauthier.bolle@strasbourg.archi.fr, amandine.diener@univ-brest.fr, nicolas.lefort68[at]orange.fr, cecile.riviere[at]strasbourg.archi.fr

Elles se composeront d’un argumentaire d’une page environ, accompagné de la mention des sources mobilisées et d’une bibliographie succincte, ainsi que d'une courte présentation biographique.

Le retour sur les propositions retenues se fera début septembre 2021.

 

---

 

1. Amandine Diener, Enseigner l’architecture aux Beaux-Arts (1863-1968). Entre réformes et traditions, Presses universitaires de Rennes (à paraître).

2. Dominique Amouroux (dir.), Le livre de l’École nationale supérieure d’architecture de Nantes, Gollion, Infolio, 2009 ; Anne-Marie Châtelet et Franck Storne (dir.) avec la collaboration de Bob Fleck et d’Amandine Diener, Des Beaux-Arts à l’Université, enseigner l’architecture à Strasbourg, Éditions Recherches, Paris, 2013 ; Enrico Chapel et Constance Ringon, L'enseignement de l'architecture à Toulouse : prémices d’une histoire, Paris, Archibooks , 2020 ; Marie-Jeanne Dumont et Antoine Perron, UP8. Pour une pédagogie de l’architecture, Paris, Zeug/Énsa-PB, 2020 : Philippe Dufieux (dir.), L’École d’architecture de Lyon, un manifeste architectural, Lyon, Libel, 2020.

3. Nicolas Lefort, « Les services d’architecture de l’État, des départements et des communes en Alsace et Lorraine après leur retour à la France : réorganisation et recrutement (1919-1939) », Études de lettres [En ligne], 1, 2017 [http://journals.openedition.org/edl/972].

4. Gauthier Bolle, C.-G. Stoskopf (1907-2004), architecte : les Trente Glorieuses et la réinvention des traditions, Presses Universitaires de Rennes, 2017 ; « De l’École régionale d’architecture de Strasbourg au milieu local ; figures, acteurs, réseaux (1945-75) », Carnet du Comité d'histoire du Ministère de la culture [En ligne], avril 2017. [http://chmcc.hypotheses.org/3036]

5. Roland Schweitzer, Roland Schweitzer, Un parcours d’architecte, Paris, Arsign éditions, 2014.

]]>
Actualités de l'ARCHE
news-8764 Mon, 29 Mar 2021 09:59:26 +0200 Carnets de notes, carnets de références, musées de papier. Regards croisés sur la culture visuelle des artistes et le processus de création du Moyen Âge à nos jours /actualites/actualite/carnets-de-notes-carnets-de-references-musees-de-papier-regards-croises-sur-la-culture-visuelle-des-artistes-et-le-processus-de-creation-du-moyen-age-a-nos-jours Colloque international. 24-25 mars 2022. Carnets de notes, carnets de références, musées de papier. Regards croisés sur la culture visuelle des artistes et le processus de création du Moyen Âge à nos jours

 

Colloque international
Université de Strasbourg
24-25 mars 2022
Auditorium de la Bibliothèque nationale et universitaire de Strasbourg

 

Appel à communications

 

La question du bagage culturel des artistes – par-delà leur formation et quelle que soit leur période d’activité – a déjà été abordée aussi bien par des publications que lors de colloques. Si les carnets de voyage des artistes témoignent d’une pratique essentielle à leur formation1, ils révèlent également la volonté de conserver le souvenir d’œuvres découvertes au cours de leurs pérégrinations qui sont autant de références dans lesquelles l’artiste est susceptible de venir puiser son inspiration. L’utilité du voyage est parfois parfaitement assumée : c’est bien pour trouver une solution au couvrement de la croisée du transept de la cathédrale de Florence que Brunelleschi entreprend des voyages à Rome afin d’y étudier la construction du Panthéon. D’autres fois le modèle rencontré lors du voyage s’impose à l’artiste sans que celui-ci semble l’avoir recherché : c’est au hasard de ses pérégrinations italiennes que Le Corbusier a sans doute découvert la solution idéale pour la conception de la maison ouvrière2.

Le même Le Corbusier a par ailleurs parfaitement exprimé le processus créatif qui s’opère à partir de références vues lorsqu’il écrit qu’un artiste « regarde avec ses yeux et [...] dessine afin de pousser à l'intérieur, dans sa propre histoire, les choses vues. Une fois les choses entrées par le travail du crayon, elles restent dedans pour la vie ; elles sont écrites, elles sont inscrites. [...] Dessiner soi-même, suivre des profils, occuper des surfaces, reconnaître des volumes, etc., c'est d'abord regarder, c'est être apte peut-être à observer, apte peut-être à découvrir... À ce moment-là, le phénomène inventif peut survenir »3.

Mais que penser des nombreux autres carnets d’artistes, les carnets de notes ou de références sur les pages desquels sont dessinés des « objets », parfois intrigants du fait de leur variété, ou collés des documents de natures diverses (dessins, gravures, coupures issues de diverses publications, photographies...) ? Ici, à l’évidence, la démarche de l’artiste consiste à rassembler des images qui l’ont séduit – parfois même au cours de ses déplacements -, interpellé, intéressé à un titre ou à un autre et dont il souhaite conserver la trace à des fins documentaires ou dans l’idée de les réutiliser, au moins partiellement. À la manière des tableaux accrochés aux murs d’un musée du XIXe siècle, les différents éléments rassemblés sont dessinés ou collés souvent à touche-touche, parfois même dans des sens différents et sans ordre apparent. Les artistes de toutes les disciplines (architecture, peinture, sculpture, arts décoratifs4) se sont adonné à cette pratique au cours du XIXe siècle, créant ainsi de véritables « musées de papier » ou « musées imaginaires »5. Reprenant l’idée formulée par André Malraux6, qui voyait là la possibilité de réunir fictivement – via la reproduction photographique – des œuvres géographiquement dispersées afin de les confronter, le musée imaginaire des artistes peut être vu comme le corpus au sein duquel les artistes viennent puiser leur inspiration. Car il s’agit bien là de l’objet de ce présent colloque : « questionner la pluralité des sources d’inspiration [des artistes], la construction de leur imaginaire et leurs voies d’accès à la culture des images »7 pour leurs créations propres.

Qu’en est-il pour les siècles antérieurs ? Par bien des aspects, un parallèle peut en effet être fait entre ces carnets de notes ou carnets de références et le fameux Album de Villard de Honnecourt du début du XIIIe siècle dans lequel on constate également un grand éclectisme dans les sujets représentés, la même saturation des pages avec des dessins disposés en tout sens et une organisation dont la logique est tout aussi difficile à percevoir8. Dans ce cas d’ailleurs, les genres du carnet de notes – écrites ou graphiques – aide-mémoire et du carnet de voyages se mêlent puisque Villard, comme il l’indique lui-même, a voyagé en diverses contrées, ainsi que l’attestent aussi ses dessins. Le Karlsruher Skizzenbuch de Hans Baldung Grien, réalisé entre 1511 et 1545, montre également une grande variété des sujets (paysages, ville, animaux, portraits, etc), toujours étudiés d’après nature9. S’il n’est pas toujours possible d’identifier précisément les « modèles » de l’artiste, nombreux sont dans ce cas les liens qui peuvent être établis entre ses dessins et ses tableaux et estampes, éclairant bien ainsi l’usage de ce carnet comme recueil de motifs à recomposer, qu’il convient de distinguer des feuillets d’études d’un Pisanello par exemple, mais aussi du carnet de modèles par destination, c’est-à-dire conçu et créé à cette seule fin et à destination d’autres artistes.

L’objectif du colloque n’est pas de dresser un inventaire – forcément lacunaire – des carnets de notes ou de références qui existent10, mais bien plutôt de tenter l’analyse de leur mode de conception ainsi que de l’usage, ou plus sûrement des usages (documentaire, de mémorisation, de modèle) qui ont pu en être faits par les artistes eux-mêmes au travers de leurs réalisations. Pour les époques plus anciennes, pour lesquelles ces carnets manquent le plus souvent, la reconstitution virtuelle de tels portfolios pourrait être tentée au regard de la production d’un artiste ou artisan. En effet, si le recours à ces corpus de références est plus rarement documenté, il n’en est pas moins hautement probable. Or l’analyse des œuvres attribuées à un même individu ou à une même équipe d’ouvriers – méthode traditionnelle en histoire de l’art – permet de se faire une idée, au moins partielle, de son bagage culturel et artistique. Partant, et même si la tâche n’est pas facile car nous échappe tout ce qui n’a finalement pas servi, un regroupement de ces possibles références personnelles pourrait être tenté qui, de manière sous-jacente, fera transparaître aussi la question des modèles, des media permettant leur circulation, leur transmission, tout autant que celle de leur réception.

C’est ce que la mise en regard de ces pratiques, de façon diachronique et en les faisantdialoguer les unes avec les autres, pourrait à l’issue permettre de mieux comprendre, cellesles plus récentes pouvant peut-être éclairer les plus anciennes. À cette fin, les contributionsabordant les périodes les plus anciennes seront particulièrement appréciées, et ce malgré unedocumentation directe moins abondante.


Organisation scientifique

Denise Borlée, maître de conférences en Histoire de l’art médiéval

Hervé Doucet, maître de conférences en Histoire de l’art contemporain

Institut d’Histoire de l’art, Université de Strasbourg, UR 3400 ARCHE

 

Comité scientifique

Marion Boudon Machuel, professeur d’histoire de l’art moderne, université de Tours

Gwenaël Citérin, responsable Arts et Iconographie, bibliothèque nationale et universitaire de Strasbourg

Julie Ramos, professeur d’histoire de l’art contemporain, université de Strasbourg

Laurence Riviale, maître de conférences HDR en histoire de l’art moderne, université Clermont Auvergne

Jérôme Schweitzer, conservateur des bibliothèques, bibliothèque nationale et universitaire de Strasbourg

Catherine Soulé-Sandic, cheffe du département arts, langues, littératures et aires culturelles, bibliothèque nationale et universitaire de Strasbourg

Laurence Terrier Aliferis, chargée d’enseignement et chercheure avancée, université de Neuchâtel

 

Informations pratiques

Ce colloque se tiendra à Strasbourg les 24 et 25 mars 2022. Les communications seront de 25 mn.

Langues acceptées : français et anglais.

Les propositions sont à envoyer par courriel aux organisateurs pour le 15 mai 2021 au plus tard, sous la forme d’un résumé (3000 caractères maximum) accompagné d’un titre et d’un bref curriculum vitae de l’auteur.

Renseignements et contact : borlee[at]unistra.fr et/ou hdoucet[at]unistra.fr

L’acceptation des propositions sera notifiée au début du mois de juillet 2021.

 

----------

1.  Véronique Meyer et Marie-Luce Pujalte-Fraysse (dir.), Voyage d’artistes en Italie du Nord. XVIe-XIXe siècle, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2011. Tiphaine Larroque, Claire Le Thomas et M. Demange (dir.), Voyages d’artistes. Entre tradition & modernité, Strasbourg, Presses universitaires de Strasbourg, 2016. Voir également la récente exposition du Musée des beaux de Dijon : Le Grand tour. Voyage(s) d’artistes en Orient, (novembre 2019-mars 2020).

2.  Le Corbusier écrit en 1907 : « Je suis allé hier à la Chartreuse (...) j’y ai trouvé la solution de la maison ouvrière type ». Il s’agit de la chartreuse d’Ema dont il entreprend la visite pour suivre les écrits de John Ruskin. Le Corbusier, Correspondance - tome 1 Lettres à la famille 1900-1925, Paris, In Folio, 2011.

3.  Le Corbusier, L'atelier de la recherche patiente, Paris, Éditions Vincent Fréal, 1960, cité par Marc Bedarida dans l'introduction de l'ouvrage Voyage d'orient, 1910-1911.

4. C’est également le cas d’industriels d’art comme Antonin Daum. Mireille Bouvet, « Le « Musée imaginaire » d’Antonin Daum », dans François Loyer (dir), L’École de Nancy et les arts décoratifs en Europe, Metz, Éditions Serpenoise, 2000, p. 46-59.

5. Le colloque « Un portrait intérieur. Le Musée imaginaire des Impressionnistes » s’est tenu à Rouen les 6 et 7 septembre 2016.

6.  André Malraux, Le Musée imaginaire, 1947.

7. Voir appel à communications du colloque : http://blog.apahau.org/appel-a-communication-un-portrait-interieur-le-musee-imaginaire-des-impressionnistes-6-7-septembre-2016-rouen/

BnF, ms fr. 19093.

9   Karlsruhe, Staatliche Kunsthalle, inv. VIII 1062. Holgern Jacob-Friessen (dir.), Hans Baldung Grien : sacré-profane, catalogue d’exposition, Berlin, Deutscher Kunstverlag, 2020, p. 271-289.

10   Pour n’évoquer que Strasbourg, des carnets de références encore non étudiés sont conservés à la Bibliothèquenationale et universitaire, aux Archives de la ville et de l’Eurométropole et au Cabinet des Estampes.

]]>
Actualités de l'ARCHE
news-1855 Fri, 29 Jan 2021 11:19:06 +0100 Offre de Stage - Architecture et traitement de données /actualites/actualite/offre-de-stage-architecture-et-traitement-de-donnees L'Unité de Recherche propose un stage de 3 mois à temps plein, visant à participer à l'architecture et au traitement des données du laboratoire... L'Unité de Recherche ARCHE UR3400 (Arts, civilisation & histoire de l'Europe - Université de Strasbourg) propose un stage de 3 mois à temps plein, visant à participer à l'architecture et au traitement des données
du laboratoire en s'appuyant sur différents outils (Heurist, BaseX, Nakala, etc.) et technologies (notamment XML) pour répondre aux besoins des chercheur.e.s et aux spécificités des travaux en cours.

L'UR3400 se compose d'historien.ne.s et historien.ne.s de l'art et de l'architecture spécialisé.e.s sur les périodes médiévale, moderne et contemporaine.

Les missions du stage seront réalisées en collaboration avec l'ingénieur d'études du laboratoire.

 

Missions

  • Élaborer des solutions d'intégration et d'interconnexion de différents outils afin de fluidifier la chaîne de production des données, leur gestion et leur traitement.

En fonction du profil et des compétences du/de la stagiaire, le stage comportera également l'une ou l'autre de ces missions :

  • Intégration web et réalisation d'interfaces de visualisation (langages web)
  • Automatisation du traitement des données (récupération via API, transformations, etc.
  • Enrichissement et amélioration de métadonnées (XML-TEI)

 

Profil

  • Étudiant.e de Master 1 ou 2 en Humanités Numériques
  • Intérêt pour les Sciences Historiques
  • Connaissances des technologies XML et du vocabulaire TEI
  • La pratique d'un langage de script (Python, PHP, etc.) et/ou la connaissance des langages web sont un plus mais ces compétences pourront être développées pendant le stage

 

Apports

  • Familiarisation avec le fonctionnement d'un laboratoire de recherche, ses réseaux et partenaires.
  • Participation aux volets techniques de projets de recherches en Sciences Historiques.
  • Formation à des outils de production et exploitation de données et à des langages de script.

 

Informations

  • Date limite de candidature : 15 février 2021
  • Contact : Guillaume Porte - gporte@unistra.fr - 03.68.85.69.11
  • Structure de recrutement : ARCHE UR3400 (Arts, civilisation & histoire de l'Europe) - Université de Strasbourg.
  • Directrice : Catherine Maurer
  • Gratification : en vigueur
  • Durée du stage : 3 mois, 35h/semaine
  • Prise de fonction : mars ou avril 2021
  • Lieu de travail : Palais Universitaire, Place de l'Université, 67000 Strasbourg.
    Un aménagement en télétravail sera envisagé selon l'évolution de la situation sanitaire
]]>
Actualités de l'ARCHE
news-1795 Mon, 04 Jan 2021 11:03:19 +0100 Hélène Braeuner reçoit le prix Durand-Reville /actualites/actualite/helene-brauener-recoit-le-prix-durand-reville Toute l'équipe s'associe pour féliciter Hélène Braeuner, docteure de l'ARCHE, pour l'obtention du prix Durand-Reville décerné par l'Académie des Sciences d'Outre-Mer, pour sa thèse publiée : Images du canal de Suez : une autre vision de l’Orient

Une recension à lire à cette adresse : http://www.academieoutremer.fr/presentation-bibliotheque-les-recensions-du-carasom/?aId=2162

---

 

Hélène Braeuner
Images du canal de Suez : une autre vision de l’Orient

Pages : 498 pages
Parution : sept. 2019
ISBN : 979-10-92054-81-1

 

 

 

]]>
Actualités de l'ARCHE
news-1721 Fri, 04 Dec 2020 07:43:46 +0100 Bernard Vogler (1935-2020) /actualites/actualite/bernard-vogler-1935-2020 Les membres d’ARCHE saluent la mémoire de leur collègue Bernard Vogler, décédé le 2 décembre 2020.

"Nulla dies sine linea", écrivait Pline. "Nul jour sans ligne" et "Kein Tag ohne Zeile", semblait répondre en écho, parfaitement bilingue, Bernard Vogler (1935-2020), directeur de l'Institut d'Histoire d'Alsace de 1976 à 2003 et membre d’ARCHE depuis sa fondation. Ce luthérien, issu d'une famille modeste d’Obermodern (Bas-Rhin), a fait sien l'adage protestant "Sola scriptura". Sa bibliographie s'avère particulièrement riche. Elle comporte, entre autres, des titres incontournables comme Histoire culturelle de l'Alsace, Histoire politique de l'Alsace, Histoire économique de l'Alsace (en collaboration avec Michel Hau) et Histoire des chrétiens d'Alsace, son ouvrage préféré, pour cause d'ego-histoire : Bernard Vogler était marié à Chantal Fischer, maîtresse de conférences d’histoire romaine à l’université de Lyon, catholique, et l’une de leurs six enfants est pasteure. Ses ouvrages témoignent de deux traits de caractère : un sens de la synthèse et une volonté assumée d'écrire de façon claire, au rebours d'un style littéraire flamboyant.

Protestant, il l’était, jusqu'à devenir chanoine de Saint-Thomas comme son collègue Georges Livet (1916-2002). L'Alsace, il l'aimait jusqu'à en faire déborder quelques décennies de son agenda de quasi-ministre. Dans le domaine universitaire, Bernard Vogler s'est engagé dans de très nombreuses structures ou associations. Il a dirigé de multiples projets éditoriaux, à une époque où la recherche nationale voulait s'appuyer sur la somme des études régionales avant la nécessaire synthèse privilégiant les nuances. Le "service en ville" cher à Marc Bloch faisait partie de ses préoccupations : nombreuses conférences du nord au sud de l'Alsace pour populariser son enseignement, émissions de télévision, en français et en alsacien, plus rarement en allemand, chroniques régulières dans les journaux régionaux. La République a reconnu les engagements de ce boulimique du travail : Légion d'Honneur, Mérite, Palmes Académiques. De nombreux prix jalonnent son parcours d'excellence.

On trouvera un curriculum vitae classique dans le Nouveau Dictionnaire de Biographie Alsacienne (article de Marc Lienhard, p. 4023) et dans Terres d’Alsace. Chemins de l’Europe, mélanges offerts à Bernard Vogler par François Igersheim et Dominique Dinet et parus en 2003 aux Presses universitaires de Strasbourg.

Nécrologie réalisée par Claude Muller.

]]>
Actualités de l'ARCHE
news-1308 Wed, 18 Nov 2020 12:14:00 +0100 Nouveaux membres /actualites/actualite/nouveaux-membres L'équipe ARCHE s'agrandit de 3 nouveaux membres titulaires]]> Actualités de l'ARCHE news-1629 Tue, 17 Nov 2020 00:00:00 +0100 Loi de Programmation de la Recherche /actualites/actualite/loi-de-programmation-de-la-recherche-1 Motion de l'Assemblée Générale du 17 novembre 2020

Face au refus du gouvernement et du Parlement de prendre en compte le point de vue des principaux représentants de la communauté de la Recherche et de l'Enseignement Supérieur en France, l'ARCHE UR3400, réunie en Assemblée Générale le 17 novembre 2020, confirme son profond désaccord à l'égard de la Loi Programmation de la Recherche dans ses modalités actuelles, dans la continuité de la motion adoptée par le Conseil de Laboratoire le 3 mars 2020.

]]>
Actualités de l'ARCHE
news-1307 Mon, 02 Nov 2020 12:14:00 +0100 Situation sanitaire http://www.unistra.fr/index.php?id=point-coronavirus Restez informés sur les mesures et recommandations à l'Université de Strasbourg

]]>
Actualités de l'ARCHE