Églantine Cussac

Doctorante en histoire contemporaine

ecussac[at]unistra.fr

Permanence téléphonique pour les étudiant.e.s les jeudi de 14h30 à 17h en période de cours.

 

Parcours universitaire

2020 : Agrégation d’histoire (25e)

2018-2019 : Lectorat à l’Université d’Edimbourg (Ecosse)

2016-2018 : Master franco-allemand co-habilité par l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne (France), la Ludwig-Maximilian-Universität Munich (Allemagne) et l’Université franco-allemande

Mémoire de M2 sous la direction de Michel Margairaz : Produire et vendre sur le marché français L’implantation de la branche industrielle allemande de matières colorantes en France (1881-1914) (19/20)

Séjour d’un semestre à la Stiftung Maximilianeum, Munich

2015-2016 : Licence 3 d’histoire à l’Université Paris 4 Sorbonne

2015-2020 : Ecole Normale Supérieure, Paris (B/L 2015, 5e)

2012-2015 : CPGE B/L, Lycée Sainte-Marie de Neuilly

2015 : Obtention de l’Abibac au Fichte-Gymnasium, Karlsruhe (Allemagne)

 

Fonction particulière

Chargée de TD en histoire contemporaine

 

Bourse de thèse

Contrat doctoral ENS / Unistra

Champs de recherche

Histoire économique et sociale de l’espace germanique
Histoire de l’industrialisation
Histoire des entreprises

Thèse en cours

Titre

Producteurs et clients de colorants textiles dans l’Europe industrialisée (fin des années 1860 – milieu des années 1930). Pratiques commerciales et structuration d’un marché transnational

Directrices

Catherine Maurer
Séverine Antigone Marin

Résumé

De l’aube des années 1860 aux premiers impacts de la crise économique des années 1930 se structurent en Europe des marchés internationalisés. Dans le contexte de mondialisation de la fin du long XIXème siècle, puis au sein des recompositions de l’économie mondiale qu’entraine la Première Guerre mondiale, les entreprises s’avèrent être les acteurs majeurs du processus. Celui-ci les amène à définir des stratégies de vente selon les espaces économiques en fonction de contraintes logistiques et juridiques autant qu’à proposer un découpage de régions au sein de l’Europe, en fonction de pratiques commerciales en usage et des traditions industrielles. Analyses techniques, économiques et culturelles se voient mêlées à des fins commerciales.

Ce projet se présente comme le complément d’une approche de la formation de ces nouveaux marchés par l’innovation et la technicité de l’offre. Il entend, à partir de la branche spécifique des colorants textiles, fer de lance de la chimie synthétique allemande et suisse en Europe dans la deuxième industrialisation, souligner l’importance de pratiques commerciales communes, progressivement formalisées et négociées sur le terrain. L’originalité de l’approche par filière éclaire les rapports asymétriques entre entreprises productrices et clients et laisse entrevoir une gamme d’acteurs, dirigeants d’entreprises, chimistes, conseillers techniques, commerciaux, représentants, voyageurs de commerce, dont les contacts expriment une vision de ce qu’est le commerce et de ce que doit être le bon déroulement des affaires. En réinsérant ces acteurs dans leur contexte régional, économique et culturel, l’étude tente d’apporter un éclairage nouveau sur la mise en œuvre et la perception du processus de mondialisation de la fin du XIXème siècle, ainsi d’en préciser la chronologie de part et d’autre de la Première Guerre mondiale.

Enseignements

2020-2021

Introduction à l’histoire contemporaine de l’Europe, XIXème-XXème siècle (L2, 48 heures semestrielles)

Supervision de devoirs semestriels (12 heures semestrielles)

Publications

L’offensive des colorants allemands en France, 1881-1914, Paris, Editions Ithaka, 2019 (prix Ithaque-Marquet 2018 - Le Prix Ithaque-Marquet est un prix annuel qui récompense un mémoire de Master en histoire économique).

Communication

« Savoirs et construction du marché de colorants allemands en France avant 1914 », Colloque « L’histoire transnationale de l’industrialisation française avant 1914) de l’Institut Historique Allemand, 6-8 novembre 2019.