Arts, civilisation et histoire de l'Europe - ARCHE - UR 3400 - Faculté des sciences historiques - FSH - Université de Strasbourg https://histoire.unistra.fr fr Arts, civilisation et histoire de l'Europe - ARCHE - UR 3400 - Faculté des sciences historiques - FSH - Université de Strasbourg Fri, 18 Jun 2021 10:03:05 +0200 Fri, 18 Jun 2021 10:03:05 +0200 TYPO3 EXT:news news-1958 Fri, 31 Dec 2021 00:00:00 +0100 Publications 2021 /actualites/actualite/publications-2021 Publications des membres de l'équipe Publications 2021

Damien Coulon et Éric Hassler (coord.)
Source(s)
n° 17 : "Frontières"

Conulter

 

Erdal Kaynar
L'héroïsme de la vie moderne.Ahmed Riza (1858-1930) en son temps
1018 p.
ISBN : 9789042940994
Leuven, Peeters Publishers
Plus d'informations

 

Benoît Léthenet
Les espions au Moyen Âge
128 p.
ISBN : 978-2755809190
Éditions Gisserot

 

 

 

 

]]>
Publications de l'ARCHE
news-1883 Wed, 01 Sep 2021 00:00:00 +0200 Débat : Genre en recherche, genre dans la recherche https://sidsha.hypotheses.org/754 (date à confirmer) Agenda de l'ARCHE news-9725 Tue, 15 Jun 2021 14:00:00 +0200 Daniel Fischer : Savoirs de l'expertise et trajectoire sociale : le cas de Philippe Frédéric de Dietrich (1748-1793) /actualites/actualite/daniel-fischer-savoirs-de-lexpertise-et-trajectoire-sociale-le-cas-de-philippe-frederic-de-dietrich-1748-1793 Daniel Fischer soutiendra sa thèse intitulée

"Savoirs de l'expertise et trajectoire sociale : le cas de Philippe Frédéric de Dietrich (1748-1793)"

le mardi 15 juin 2021, à partir de 14h

 

Soutenance en visio-conférence. Pour y assister, veuillez contacter daniel.fischer3[at]etu.unistra.fr

 

Jury :
Mme LABOULAIS Isabelle, Professeure d’histoire moderne, Université de Strasbourg (directrice de thèse)
M. BERTRAND Gilles, Professeur d’histoire moderne, Université de Grenoble-Alpes (rapporteur)
Mme HILAIRE-PÉREZ Liliane, Professeure d’histoire moderne, Université de Paris (rapporteur)
M. BEAUREPAIRE Pierre-Yves, Professeur d’histoire moderne, Université Côte d’Azur
M. BRET Patrice, Chercheur en histoire des sciences et des techniques, Centre A. Koyré
Mme LE CHAPELAIN Charlotte, Maître de conférences HDR en sciences économiques, Université Lyon 3
M. le Prof. Dr. VOGEL Jakob, Professeur d’histoire contemporaine, Centre Marc Bloch de Berlin
 

]]>
Agenda de l'ARCHE
news-9858 Thu, 10 Jun 2021 18:38:00 +0200 Source(s) - n° 17 /productions/sources-arts-civilisation-et-histoire-de-leurope#c47618 Publications de l'ARCHE news-9701 Thu, 03 Jun 2021 06:00:00 +0200 Voyage et amitié /actualites/actualite/voyage-et-amitie-1 Colloque international et interdisciplinaire (en visioconférence)

« Voyage et amitié »

3 et 4 juin 2021

Institut de recherche en langues et littératures européennes (UR 4363), Université de Haute-Alsace
Arts, civilisation et histoire de l’Europe (UR 3400), Université de Strasbourg

Contacts

Nikol Deiub : nikol.dziub[at]uha.fr
Nicolas Bourguinat : bourguin[at]unistra.fr

 

Jeudi 3 juin

09h15 Ouverture du colloque par Régine Battiston, Nicolas Bourguinat et Nikol Dziub

 

Session 1. Conférences inaugurales

Présidence : Nicolas Bourguinat

09h30 Conférence inaugurale : histoire
Gilles Bertrand (Professeur d’histoire moderne à l’Université de Grenoble Alpes, membre honoraire de l’IUF)
« Voyager entre amis, écrire à ses amis, construire de nouvelles amitiés : les Européens en Italie au XVIIIe siècle »

Discussion

10h30 Pause

10h45 Conférence inaugurale : littérature
Sarga Moussa (Directeur de recherche au CNRS/UMR THALIM, Université Paris 3)
« L’amitié à l’épreuve du voyage. Flaubert et Du Camp en Orient »

Discussion

11h45 Pause-déjeuner

 

Session 2. Politique des amitiés viatiques

Présidence : Nikol Dziub

13h45
Marianne Charrier-Vozel (Maître de conférences en littérature française, CÉCJI/Université de Rennes 1)
« L’amitié dans la lettre de relation : les Lettres familières du Président de Brosses »

Discussion

14h15
Michèle Bokobza Kahan (Full Professor Department of Literature Faculty of Humanities, Tel-Aviv University)
« Voyage et amitié dans les romans d’émigration de la Révolution Française »

Discussion

14h45 Pause

 

Session 3. Écriture du voyage et amitié

Présidence : Gilles Bertrand

15h00
Stéphanie Gourdon (docteure de littératures anglophones, IHRIM/Université Lumière Lyon 2)
« ‘It is your wish, then, my young and dear friend, that I should trace the picture of my life’ : l’ambivalence de l’amitié dans l’écriture des Russian Journals and Letters (1803-1808) par les sœurs Wilmot »

Discussion

15h30
Thierry Poyet (Maître de conférences en littérature française/HDR, CELIS/Université Clermont Auvergne)
« Louis Bouilhet : l’ami sédentaire, l’ami prodigieux du voyageur Flaubert »

Discussion

16h00 Pause

 

Session 4. Voyage et amitiés intermédiales

Présidence : Sarga Moussa

16h15
Arlette Kosch (Docteure en études germaniques, Université Paris Sorbonne)
« Les voyages pédestres des tandems écrivain-peintre en Allemagne entre 1750 et 1850 »

Discussion

16h45
Christine Peltre (Professeur émérite d’histoire de l’art, ARCHE/Université de Strasbourg)
« Le peintre et le géographe : Jules Laurens et Xavier Hommaire de Hell en Turquie et en Perse (1846-1848) »

Discussion

17h15 Fin de la première journée du colloque

 

Vendredi 4 juin

Session 5. Seuls à plusieurs ?

Présidence : Thierry Poyet

09h00
Odile Gannier (Professeure de littérature comparée, CTEL/Université Côte d’Azur)
« L’équipage ou les solides amitiés du bord. Ella Maillart, Marthe Oulié et les autres »

Discussion

09h30
Nicolas Bourguinat (Professeur d’histoire contemporaine, ARCHE/Université de Strasbourg, membre honoraire de l’IUF)
« “Damien” : une solitude à trois sous les hautes latitudes australes »

Discussion

10h00 Pause

 

Session 6. Seul ou à plusieurs ?

Présidence : Odile Gannier

10h15
Georges A. Bertrand (Docteur en Lettres & Civilisations, ancien élève à l’École du Louvre)
« Lawrence Durrell et Henry Miller à Corfou. Deux regards complémentaires sur l’esprit grec »

Discussion

10h45
Małgorzata Sokołowicz (Maître de conférence HDR/Université de Varsovie)
« En solo ou en duo ? Michel Vieuchange, Jean Vieuchange et leur (?) voyage à Smara »

Discussion

11h15
Carole Martin (Doctorante en littérature germanique et comparée, Université de Haute-Alsace)
« Aus Indien de Hermann Hesse : du voyage désenchanté à l’expression artistique amicale »

Discussion

11h45  Pause-déjeuner

 

Session 7. Voyages à deux

Présidence : Marianne Charrier-Vozel

13h45
Jean-Michel Rietsch (Docteur ès Lettres, ILLE)
« L’écrivain-voyageur et la femme-souffle. Éliane et Nicolas Bouvier »

Discussion

14h15
Régine Battiston (Professeure de littératures germaniques, Directrice de l’ILLE/Université de Haute-Alsace)
« Le dernier voyage de Peter Noll et Max Frisch (1982) »

Discussion

14h45 Pause

 

Session 8. Voyage à plusieurs et idéologie

Présidence : Michèle Bokobza Kahan

15h00
Nikol Dziub (Docteure en littératures française, générale et comparée, ILLE/ Université de Haute-Alsace)
« André Gide et ses amis : “six paires d’yeux et d’oreilles” en URSS »

Discussion

15h30
Qingya Meng (Docteure en littératures française et comparée, Université Paul-Valéry Montpellier III)
« Le voyage idéologique en Chine de 1974 : l’enjeu de l’amitié entre Barthes et Sollers »

Discussion

16h00
Sylvain Venayre (Professeur d’histoire contemporaine, LUHCIE/Université Grenoble Alpes)
« Conclusions »

 

 

]]>
Agenda de l'ARCHE
news-1882 Thu, 03 Jun 2021 00:00:00 +0200 Formation aux Humanité Numériques https://sidsha.hypotheses.org/754 Pourquoi et comment rendre les SHS plus FAIR ? Avec Régis Witz (MISHA) Agenda de l'ARCHE news-9685 Tue, 01 Jun 2021 18:00:00 +0200 Synthèses - Sur les traces des thèses anciennes /actualites/actualite/syntheses-sur-les-traces-des-theses-anciennes

La thèse, entendue comme un ensemble de positions défendues par le candidat au doctorat, fut d’abord un art oratoire, qui s’appuyait sur un support écrit. Restreint au départ à quelques pages, le texte prend de l’ampleur au cours du 19e siècle. À cette époque, les thèses se métamorphosent en « dissertations sérieuses et approfondies, honorables à l’Université, utiles à la science » (Victor Cousin, 1840). Les universités et les bibliothèques universitaires les collectionnent. De nos jours, en l’absence d’inventaires facilement accessibles et de numérisation, les thèses strasbourgeoises soutenues entre le début du 19e siècle et 1945 sont de belles endormies.

 

Des étudiants, des enseignants-chercheurs, des conservateurs s’emploieront à les faire revivre, en faisant état de leurs premiers travaux (à distance et confinés !), le mardi 1er juin à partir de 18h00 à l'auditorium de la BNUS.

 

Le nombre de participants est limité à 50. L'inscription préalable via le service de billetterie de la BNUS est indispensable: http://www.weezevent.com/syntheses-sur-les-traces-des-theses-anciennes?

 

Projets Magistral et Synthèses (projet co-financé par le programme d’investissements d’avenir et l’UR3400). Une collaboration Université de Strasbourg, Bnu, Bibliothèques de l’Université de Strasbourg, Médiathèque André Malraux, Archives départementales du Bas-Rhin.

 

]]>
Agenda Agenda de l'ARCHE
news-1730 Wed, 26 May 2021 12:00:00 +0200 Rechercher des données de cadrage quantitatives https://www.misha.fr/agenda/evenement/rechercher-des-donnees-de-cadrage-quantitatives Floriane Varieras. Ateliers du Pôle Données Numériques et Savoirs Agenda de l'ARCHE news-9678 Fri, 21 May 2021 18:06:59 +0200 Sport et mouvements ouvriers : rencontre avec André Gounot https://assolvds.fr/2021/05/21/sport-et-mouvements-ouvriers-rencontre-avec-andre-gounot/ Actualités de l'ARCHE news-1772 Thu, 20 May 2021 14:00:00 +0200 Séminaire ScriptHis - 2020-2021 - 4 /seminaires/scripthis-les-scripturalites-dans-lhistoire#c37690 Cléo Rager, docteure en histoire médiévale (LAMOP / U. Lille) « Verba volant, scripta manent ? Les logiques de conservation de l’écrit municipal à Troyes à partir du XIVe siècle. » Agenda Agenda de l'ARCHE news-9640 Thu, 06 May 2021 18:24:34 +0200 Endurer et servir. Expérience(s) de guerre en question https://www.irsem.fr/agenda-enhancer/agenda/journee-des-doctorants-endurer-et-servir-experience-s-de-guerre-en-question.html Journée des doctorant·es de l’IRSEM et du SHD. 17 septembre 2021, École Militaire, Paris Actualités de l'ARCHE news-9259 Thu, 22 Apr 2021 16:05:22 +0200 Sur les traces de Sébastien Brant https://recherche.unistra.fr/actualites-recherche/actualites-de-la-recherche/sur-les-traces-de-sebastien-brant Entretien avec Peter Andersen, professeur d’Histoire et de Littérature allemandes anciennes Actualités de l'ARCHE news-1880 Thu, 22 Apr 2021 15:00:00 +0200 Les modèles dans la recherche https://sidsha.hypotheses.org/801 Agenda de l'ARCHE news-1729 Wed, 21 Apr 2021 12:00:00 +0200 Extraire les data de Wikipedia en quelques clics ! https://www.misha.fr/agenda/evenement/extraire-les-data-de-wikipedia-en-quelques-clics Madeleine Hubert. Ateliers du Pôle Données Numériques et Savoirs Agenda de l'ARCHE news-9256 Tue, 20 Apr 2021 16:51:15 +0200 Zoom sur les collections orientales de Strasbourg https://recherche.unistra.fr/actualites-recherche/actualites-de-la-recherche/zoom-sur-les-collections-orientales-de-strasbourg Entretien avec Nourrane Ben Azzouna, Maître de conférences en Histoire des Arts de l’Islam, et Claude Lorentz, conservateur en chef à la BNU Actualités de l'ARCHE news-9253 Tue, 20 Apr 2021 13:12:18 +0200 Vidéos de la JE "Transmettre le souvenir" http://www.canalc2.tv/video/15734 Journée d'étude du 9 avril à retrouver en vidéo sur canalc2 Actualités de l'ARCHE news-1769 Thu, 15 Apr 2021 14:00:00 +0200 Séminaire ScriptHis - 2020-2021 - 3 /seminaires/scripthis-les-scripturalites-dans-lhistoire#c37690 Juliette Deloye, docteure en histoire moderne (ARCHE / U. Montpellier) « Instituer le ministère des Affaires étrangères par l’écriture (XVIIIe-début du XIXe siècle) ». Agenda Agenda de l'ARCHE news-9209 Wed, 14 Apr 2021 15:26:46 +0200 Ésotérisme, quelle perception aujourd'hui ? https://recherche.unistra.fr/actualites-recherche/actualites-de-la-recherche/esoterisme-quelle-perception Entretien avec Damien Karbovnik. Actualités de l'ARCHE news-8794 Mon, 12 Apr 2021 10:24:48 +0200 Comment allier sources médiévales et informatique ? https://recherche.unistra.fr/actualites-recherche/actualites-de-la-recherche/comment-allier-sources-medievales-et-informatique Un entretien avec Thomas Brunner, Guillaume Porte et Olivier Richard Actualités de l'ARCHE news-8795 Sat, 10 Apr 2021 10:33:00 +0200 Poche de Colmar : « L'armée tiendra jusqu'au dernier » https://recherche.unistra.fr/actualites-recherche/actualites-de-la-recherche/poche-de-colmar-la-farouche-resistance-allemande Présentation de son livre par Geoffrey Koenig Actualités de l'ARCHE news-1970 Fri, 09 Apr 2021 08:45:00 +0200 Transmettre le souvenir. Quels monuments pour quelle mémoire ? /actualites/actualite/transmettre-le-souvenir-quels-monuments-pour-quelle-memoire-1 Journée d'étude en visio-conférence Transmettre le souvenir. Quels monuments pour quelle mémoire ?

 

9 avril

8h45-18h

Participation à la visioconférence sur inscription

Merci d'indiquer vos nom, prénom et email à cette adresse afin de recevoir le lien vers la visio conférence : https://sondagesv3.unistra.fr/index.php/639612

Le lien sera envoyé le 8 avril en fin de journée

 

Argumentaire

Si l’année 2020 a été jalonnée d’évènements questionnant les monuments de mémoire*, le mouvement Black lives matter né aux Etats-Unis a suscité internationalement un regain d’intérêt populaire pour ces questions. Statues de grands hommes et monuments commémoratifs élevés dans l’espace public – tout comme le nom de certaines rues – ont été récemment réinterrogés afin de savoir si le souvenir qu’ils étaient chargés de transmettre demeurait en phase avec les différents récits nationaux actuels et n’entraient pas en contradiction avec les valeurs généralement promues aujourd’hui. Depuis la fin du mois de mai dernier, aux Etats-Unis, en Europe, comme ailleurs dans le monde, de nombreux monuments – particulièrement ceux élevés à la mémoire de personnes liées à l’histoire de l’esclavage – ont été remis en question, voire, pour certains, vandalisés ou mis à bas. Parmi d’autres, peuvent être citées la statue du Général Lee à Richmond, la statue d’Edward Colston à Bristol, celle de Cecil Rhodes à Oxford (Oriel College), les statues du Roi Léopold II en Belgique, celle de Colbert, auteur du code noir, devant l’Assemblée nationale à Paris. Les monuments liés à des personnalités ayant joué un rôle dans l’esclavage et la colonisation ne sont pas les seuls à poser problème : en Irlande des appels ont été lancés en 2020 afin que soit retirée la statue de Cromwell élevée devant le Parlement de Londres.

L’objectif de la journée sera de mettre en évidence des mémoires contradictoires qui entrent en conflit dans la célébration de personnalités par essence équivoques. Ici, pourra être évoqué le rôle de l’historien – et l’importance de la recherche – qui permet de mettre au jour la complexité d’évènements ou de personnalités dont la célébration avait véhiculé une image simplifiée, caricaturale ou partielle. La question de la réception de l’œuvre méritera également d’être traitée. Ainsi, incomprise par une partie du public, l’œuvre d’Hervé Di Rosa célébrant l’abolition de l’esclavage en France en 1794 (1991) a suscité une pétition demandant son retrait des murs de l’Assemblée nationale. La forme du monument, son esthétique, revêt donc une importance primordiale pour permettre au message que l’œuvre est censée véhiculer d’être compris par le public.

Sans se concentrer sur une mémoire spécifique et sans tenter de retracer l’historique des destructions de monuments mémoriels, la journée d’étude a pour objectif de comprendre les enjeux des monuments de mémoire et de leur vandalisation, de leur déboulonnage voire de leur destruction, en replaçant le sujet dans une perspective historique.

Traitant d’une question d’actualité, cette journée d’étude entend s’adresser à un public large.

---

* Pour ne citer que de récents exemples : le déboulonnage des statues de Franco en Espagne a fait l’objet d’une exposition à Barcelone intitulée « Fantasma 77. Iconoclàstia espanyola » (20 février-12 avril) ; la Tchéquie et la Russie se sont opposées, entre 2019 et 2020, autour du déboulonnage d’un monument élevé à Prague à la mémoire du maréchal soviétique Ivan Koniev, pourtant libérateur de la ville en 1945.

---

 

Programme

 

8h45 : ouverture de la salle virtuelle

9h00 : mots de bienvenue et présentation de la journée

 

9h30 : Annette Becker, Professeure émérite en Histoire contemporaine, Université Paris-Nanterre

  • Des monuments aux morts aux monuments aux vivants, un siècle de mémoire publique

10h00 : Nicolas Bourguinat, Professeur en Histoire contemporaine, Université de Strasbourg

  • Développement et devenir des monuments de la guerre de 1870

 

10h30-11h00 : discussion

 

11h00 : Emilia Koustova, Maître de conférences en civilisation russe, Département d’études slaves, Université de Strasbourg

  • (Dé-)soviétiser l'espace urbain russe : un siècle de batailles autour de monuments

11h30 : Malgorzata Praczyk, Professeure en Histoire contemporaine, Université de Poznan

  • The Monument As a Subversive Tool of Social, Emotional Expression. Polish Example

 

12h00-12h30 : discussion

 

Pause méridienne

 

14h00 : Claire Garcia, Docteure en histoire de l'art contemporain, chercheure associée-Équipe de recherche de l’École du Louvre

  • Déboulonner la mémoire - Un défi patrimonial actuel

14h30 : Mathieu Rousset-Perrier, Conservateur du Patrimoine

  • La Conservation des Œuvres d’Art Religieuses et Civiles de la Ville de Paris : un service unique entre transmission du souvenir et conservation du patrimoine.

 

15h00-15h30 : discussion

 

15h30 : Dominique Rogers, Maître de conférences en Histoire moderne, Université des Antilles

  • Commémorer l’esclavage dans l’espace public martiniquais : tendances générales et particulières

16h00 : Dominique Taffin, Conservatrice générale du Patrimoine, Directrice de la Fondation pour la mémoire de l’esclavage

  • Joséphine et Schoelcher, Martinique : deux histoires, trois statues, une seule fin ?

 

16h30 -17h00 : discussion

 

17h00 : Sarah Gensburger, Chargée de recherche au CNRS HDR, directrice adjointe de l’ISP, Université Paris-Nanterre

  • Les mémoriaux du 13 novembre

 

17h30 : discussion et conclusions

 

 

Organisation et contacts

Denise Borlée, Maître de conférences en Histoire de l’art médiéval borlee[at]unistra.fr
Hervé Doucet, Maître de conférences en Histoire de l’art contemporain hdoucet[at]unistra.fr
Audrey Kichelewski, Maîtresse de conférences en Histoire contemporaine kichelewski[at]unistra.fr

 

 

]]>
Agenda Agenda de l'ARCHE
news-8785 Tue, 06 Apr 2021 12:56:11 +0200 Bâtir l’architecture et la ville : des écoles en leurs territoires ? (XXe – XXIe siècles) /actualites/actualite/batir-larchitecture-et-la-ville-des-ecoles-en-leurs-territoires-xxe-xxie-siecles Bâtir l’architecture et la ville : des écoles en leurs territoires ? (XXe-XXIe siècles)

Appel à contributions pour une journée d’étude en février 2022, ENSA Strasbourg

Journée d’étude associée à la célébration du centenaire de l’ENSA Strasbourg et à l’exposition « L’école d’architecture de Strasbourg (1921-2021) : une douce modernité en Alsace ? » (aux Archives de la Ville et de l’Eurométropole)

Organisation : Gauthier Bolle (Mcf. ENSAS, ARCHE), Amandine Diener (Mcf. Institut de Géoarchitecture, Laboratoire Géoarchitecture / associée à ARCHE), Nicolas Lefort (ARCHE), avec la collaboration de Cécile Rivière (doctorante ENSAS-ARCHE).

Conseil scientifique : Ana bela de Araujo (Mcf. ENSA Marseille), Caroline Bauer (Mcf. ENSAP Lille), Mireille Bouvet (Inventaire général du patrimoine culturel, Grand-Est), Anne-Marie Châtelet (Pr. ENSAS), Laurence Chevalier (Mcf. ENSAP Bordeaux), Maxime Decommer (Mcf. ENSA Bretagne), Richard Klein (Pr. ENSAP Lille), Dave Lüthi (Pr. Université de Lausanne), Karine Thilleul (Mcf. ENSA Nancy), Alexandra Pignol (Mcf. ENSA Strasbourg).

Dans la première moitié du XXe siècle, la création d’écoles régionales d’architecture, « antennes » locales de l’École nationale supérieure des beaux-arts (ENSBA) de Paris jusqu’en 1968 (1), a permis le développement de plusieurs foyers régionaux d’enseignement. Souvent héritières d’enseignements préexistants au sein d’écoles municipales des Beaux-Arts, sont créées ainsi des écoles à Rouen (1904), puis à Rennes, Lille, Marseille, Montpellier (1905), Lyon (1906), Strasbourg (1921), Grenoble (1925), Bordeaux (1928), Toulouse et Alger (1940), Nancy (1943) et Nantes (1945). Après 1968 et la fin de la section architecture à l’ENSBA, de nouveaux établissements sont fondés sous le nom d’unités pédagogiques qui, s’ils sont davantage autonomes dans leur gestion de l'enseignement, demeurent cependant sous la tutelle d’une administration centrale. Alors que plusieurs monographies d’écoles ont été engagées ces dernières années (2), visant à éclairer notamment le contexte de leur création et leur évolution au cours du siècle à partir de sources écrites et orales souvent inédites, cette journée d’étude est dédiée à une double analyse : celle de l’empreinte intellectuelle, culturelle et bâtie de ces écoles sur environnement régional voire au-delà, et celle des perméabilités entre ces lieux d’enseignement et la sphère professionnelle.

En 2021, l’École d'architecture de Strasbourg célébrera le centenaire de sa création, par laquelle l’État souhaitait affirmer la puissance de l’École des beaux-arts face aux écoles techniques allemandes, en prônant une culture architecturale nationale. Son inauguration fut ainsi accompagnée en 1922 d’une exposition intitulée « L’œuvre des architectes de l’École française du milieu du XVIIe siècle à nos jours ». Cent ans plus tard, l’exposition « L’école d’architecture de Strasbourg (1921-2021) : une douce modernité en Alsace ? » interroge le bilan de la contribution apportée par cette école et ses acteurs sur le terrain local. Cette exposition offre un regard croisé entre la formation dispensée à l’École et la production bâtie de ceux qui en sont issus ou qui y ont enseigné depuis 100 ans. Quatre phases chronologiques illustrent les logiques à l’œuvre : le poids de l’héritage classique porté par des acteurs de l’administration des bâtiments civils et des monuments historiques tel Robert Danis, premier directeur de l’école (3) ; l’oscillation voire l’association entre traditions régionales et tentation moderne chez ses élèves, qui prennent les rênes de l’école et du milieu professionnel local après la Seconde Guerre mondiale, à l’instar de Gustave Stoskopf (4). Puis, les années 1970 marquent une période de crises et de bouillonnements dans le sillage de 1968 : l’école change de visage avec le recrutement de nouveaux enseignants issus d’autres formations et venus d’ailleurs (de Paris ou de l’étranger). De nouvelles disciplines font leur apparition, portant un regard autre, issu des sciences sociales, sur les environnements bâtis. Enfin, depuis la fin des années 1980, l’affirmation de la recherche et l’ouverture internationale accrue de l’école demeurent associées à la formation et la présence forte d’architectes actifs sur le terrain local.

Afin d’engager une logique comparative, cette journée d’étude invite à analyser l’héritage de ces écoles sur leurs territoires de leur création jusqu’à nos jours, à travers les parcours de leurs acteurs (enseignants, élèves, diplômés), l’évolution des milieux (milieu professionnel, réseaux) ou encore celle des formes architecturales et urbaines. Alors que l’historiographie de l’architecture a souvent mis en lumière des déclinaisons ou incursions locales du Mouvement moderne, nous proposons d’inverser la logique en partant de l’analyse du « local » afin d’observer les évolutions et effets de réception singuliers qui traversent ces « foyers ». Il s’agit donc d’interroger les interactions entre les sphères pédagogiques, professionnelles et culturelles en examinant la production des écoles entendue dans un sens large (bâtie, intellectuelle, culturelle…).

L’appel à contributions est ouvert à des approches plurielles notamment d’ordre historique ou sociologique et il encourage également l’observation de la période contemporaine. Les propositions de communication doivent s’inscrire dans l’un des trois axes proposés, et peuvent aussi couvrir plusieurs de ces champs de questionnements :

 

Axe 1 / Des modernités « régionales » ?

Au sein de cet axe, il s’agit d’observer les conditions d’hybridation des processus de modernisation (influences éventuelles du Mouvement moderne) à la persistance de traditions locales en examinant la production bâtie, urbaine ou théorique.

Dans quelle mesure et selon quelles conditions l’expression architecturale développée s’inscrit-elle dans l’affirmation d’une culture locale ? Comment la question des modèles régionaux, particulièrement vivaces à certaines périodes, a-t-elle perduré au XXe siècle et jusqu’à nos jours ? Quelles sont les relectures de traditions locales effectuées par les architectes ? De quelle manière le discours de modernisation – porté par les écrits d’architectes ou les revues professionnelles par exemple – est-il articulé à ces questions ?

L’analyse de situations transfrontalières, multiculturelles ou soumises à des influences croisées serait particulièrement bienvenue ici afin d’examiner la circulation, l’évolution ou la pérennité de certains modèles et archétypes régionaux.

 

Axe 2 / Vues d’ailleurs

Cet axe propose de nourrir la réflexion à deux niveaux, élargissant la focale au-delà du terrain de rayonnement local des écoles considérées. D’une part, il invite à l’étude des effets d’un cadre administratif centralisé, au fil du siècle, sur le monde de l’enseignement comme sur le secteur de la construction. Comment les réformes et les procédures dans ces deux domaines ont-elles permis de renouveler le paysage institutionnel et le paysage construit ? D’autre part, il propose de considérer l’apport d’acteurs « extérieurs », architectes parisiens ou d’ailleurs venant pratiquer ou enseigner dans une région donnée, en regardant les modalités de leur venue et de leurs collaborations sur le terrain local. Les effets de l’internationalisation du milieu de l’enseignement est également une piste féconde d’interrogation, en questionnant particulièrement la réception la réception locale des idées comme des pratiques de ces enseignants.

Enfin, à l’instar de la carrière exemplaire de Roland Schweitzer (5), menée en grande partie en dehors du giron alsacien, il serait aussi pertinent d’examiner les effets « d’exportation » d’architectes du cru lorsqu’ils s’éloignent de leur terre d’origine. On peut aussi, par ce biais, questionner la constitution, les effets de diffusion et de médiatisation de groupes ou d’écoles de pensée nées au sein de lieux d’enseignements.

 

Axe 3 / De l’école aux chantiers

Ce dernier axe porte plus spécifiquement sur les rapports entretenus entre l'enseignement de l’architecture et la profession. La porosité entre la production des élèves et le milieu local pourra être observée au travers de plusieurs aspects, notamment l’ancrage des projets sur des sites réels ou inspirés par des chantiers en cours ou récemment achevés. En effet, quel est l’impact de l’actualité de la production bâtie à l’échelle locale sur les travaux des élèves, notamment les diplômes, tant d’un point de vue esthétique, technique que programmatique ? Les travaux d’élèves sont-ils l’expression d’une activité professionnelle engagée durant les études, et rattachée à la figure d’un maître ? En cela, traduisent-ils des collaborations qui se nouent entre élèves et enseignants, et sont-ils réalisés ?

Les relations entre enseignement et profession pourront par ailleurs être observées par le biais des réseaux qui, constitués parfois dès les bancs de l’école, se consolident au sein d’agences, de collectifs mais aussi de structures institutionnelles ou de sociabilités (Ordre des architectes, syndicats, CAUE ou maisons de l’architecture notamment). Comment naissent et se développent, par-delà le milieu scolaire, ces collaborations ?

Enfin, il s’agira d’interroger la manière dont des enseignements sont mobilisés par les architectes dans l’exercice même de leur production. Constate-t-on des inflexions théoriques et bâties de maîtres à élèves ? Les effets de générations, ou de filiations de pensées, s’expriment-elles à l’occasion des projets architecturaux ?

 

Modalités de remise des propositions

Les propositions sont à envoyer pour le lundi 5 juillet 2021, aux adresses suivantes : gauthier.bolle@strasbourg.archi.fr, amandine.diener@univ-brest.fr, nicolas.lefort68[at]orange.fr, cecile.riviere[at]strasbourg.archi.fr

Elles se composeront d’un argumentaire d’une page environ, accompagné de la mention des sources mobilisées et d’une bibliographie succincte, ainsi que d'une courte présentation biographique.

Le retour sur les propositions retenues se fera début septembre 2021.

 

---

 

1. Amandine Diener, Enseigner l’architecture aux Beaux-Arts (1863-1968). Entre réformes et traditions, Presses universitaires de Rennes (à paraître).

2. Dominique Amouroux (dir.), Le livre de l’École nationale supérieure d’architecture de Nantes, Gollion, Infolio, 2009 ; Anne-Marie Châtelet et Franck Storne (dir.) avec la collaboration de Bob Fleck et d’Amandine Diener, Des Beaux-Arts à l’Université, enseigner l’architecture à Strasbourg, Éditions Recherches, Paris, 2013 ; Enrico Chapel et Constance Ringon, L'enseignement de l'architecture à Toulouse : prémices d’une histoire, Paris, Archibooks , 2020 ; Marie-Jeanne Dumont et Antoine Perron, UP8. Pour une pédagogie de l’architecture, Paris, Zeug/Énsa-PB, 2020 : Philippe Dufieux (dir.), L’École d’architecture de Lyon, un manifeste architectural, Lyon, Libel, 2020.

3. Nicolas Lefort, « Les services d’architecture de l’État, des départements et des communes en Alsace et Lorraine après leur retour à la France : réorganisation et recrutement (1919-1939) », Études de lettres [En ligne], 1, 2017 [http://journals.openedition.org/edl/972].

4. Gauthier Bolle, C.-G. Stoskopf (1907-2004), architecte : les Trente Glorieuses et la réinvention des traditions, Presses Universitaires de Rennes, 2017 ; « De l’École régionale d’architecture de Strasbourg au milieu local ; figures, acteurs, réseaux (1945-75) », Carnet du Comité d'histoire du Ministère de la culture [En ligne], avril 2017. [http://chmcc.hypotheses.org/3036]

5. Roland Schweitzer, Roland Schweitzer, Un parcours d’architecte, Paris, Arsign éditions, 2014.

]]>
Actualités de l'ARCHE
news-1728 Wed, 31 Mar 2021 12:00:00 +0200 ArkéoGIS, partage et interrogation de données spatialisées https://www.misha.fr/plateformes/plateforme-humanites-numeriques/formations/evenement/arkeogis-partage-et-interrogation-de-donnees-spatialisees Loup Bernard et Lizzie Scholtus Ateliers du Pôle Données Numériques et Savoirs Agenda de l'ARCHE news-8772 Tue, 30 Mar 2021 14:00:00 +0200 Histoires d’Alsaciens : éléments pour écrire une histoire de la faculté de médecine de la Reichsuniversität Strassburg (1941-1945) à travers des biographies collectives. /actualites/actualite/histoires-dalsaciens-elements-pour-ecrire-une-histoire-de-la-faculte-de-medecine-de-la-reichsuniversitaet-strassburg-1941-1945-a-travers-des-biographies-collectives par Christian Bonah

Histoires d’Alsaciens : éléments pour écrire une histoire de la faculté de médecine de la Reichsuniversität Strassburg (1941-1945) à travers des biographies collectives.

Conférence

par Christian Bonah, professeur d’histoire de la médecine à l’université de Strasbourg

mardi 30 mars à 14h

]]>
Agenda Agenda de l'ARCHE
news-8764 Mon, 29 Mar 2021 09:59:26 +0200 Carnets de notes, carnets de références, musées de papier. Regards croisés sur la culture visuelle des artistes et le processus de création du Moyen Âge à nos jours /actualites/actualite/carnets-de-notes-carnets-de-references-musees-de-papier-regards-croises-sur-la-culture-visuelle-des-artistes-et-le-processus-de-creation-du-moyen-age-a-nos-jours Colloque international. 24-25 mars 2022. Carnets de notes, carnets de références, musées de papier. Regards croisés sur la culture visuelle des artistes et le processus de création du Moyen Âge à nos jours

 

Colloque international
Université de Strasbourg
24-25 mars 2022
Auditorium de la Bibliothèque nationale et universitaire de Strasbourg

 

Appel à communications

 

La question du bagage culturel des artistes – par-delà leur formation et quelle que soit leur période d’activité – a déjà été abordée aussi bien par des publications que lors de colloques. Si les carnets de voyage des artistes témoignent d’une pratique essentielle à leur formation1, ils révèlent également la volonté de conserver le souvenir d’œuvres découvertes au cours de leurs pérégrinations qui sont autant de références dans lesquelles l’artiste est susceptible de venir puiser son inspiration. L’utilité du voyage est parfois parfaitement assumée : c’est bien pour trouver une solution au couvrement de la croisée du transept de la cathédrale de Florence que Brunelleschi entreprend des voyages à Rome afin d’y étudier la construction du Panthéon. D’autres fois le modèle rencontré lors du voyage s’impose à l’artiste sans que celui-ci semble l’avoir recherché : c’est au hasard de ses pérégrinations italiennes que Le Corbusier a sans doute découvert la solution idéale pour la conception de la maison ouvrière2.

Le même Le Corbusier a par ailleurs parfaitement exprimé le processus créatif qui s’opère à partir de références vues lorsqu’il écrit qu’un artiste « regarde avec ses yeux et [...] dessine afin de pousser à l'intérieur, dans sa propre histoire, les choses vues. Une fois les choses entrées par le travail du crayon, elles restent dedans pour la vie ; elles sont écrites, elles sont inscrites. [...] Dessiner soi-même, suivre des profils, occuper des surfaces, reconnaître des volumes, etc., c'est d'abord regarder, c'est être apte peut-être à observer, apte peut-être à découvrir... À ce moment-là, le phénomène inventif peut survenir »3.

Mais que penser des nombreux autres carnets d’artistes, les carnets de notes ou de références sur les pages desquels sont dessinés des « objets », parfois intrigants du fait de leur variété, ou collés des documents de natures diverses (dessins, gravures, coupures issues de diverses publications, photographies...) ? Ici, à l’évidence, la démarche de l’artiste consiste à rassembler des images qui l’ont séduit – parfois même au cours de ses déplacements -, interpellé, intéressé à un titre ou à un autre et dont il souhaite conserver la trace à des fins documentaires ou dans l’idée de les réutiliser, au moins partiellement. À la manière des tableaux accrochés aux murs d’un musée du XIXe siècle, les différents éléments rassemblés sont dessinés ou collés souvent à touche-touche, parfois même dans des sens différents et sans ordre apparent. Les artistes de toutes les disciplines (architecture, peinture, sculpture, arts décoratifs4) se sont adonné à cette pratique au cours du XIXe siècle, créant ainsi de véritables « musées de papier » ou « musées imaginaires »5. Reprenant l’idée formulée par André Malraux6, qui voyait là la possibilité de réunir fictivement – via la reproduction photographique – des œuvres géographiquement dispersées afin de les confronter, le musée imaginaire des artistes peut être vu comme le corpus au sein duquel les artistes viennent puiser leur inspiration. Car il s’agit bien là de l’objet de ce présent colloque : « questionner la pluralité des sources d’inspiration [des artistes], la construction de leur imaginaire et leurs voies d’accès à la culture des images »7 pour leurs créations propres.

Qu’en est-il pour les siècles antérieurs ? Par bien des aspects, un parallèle peut en effet être fait entre ces carnets de notes ou carnets de références et le fameux Album de Villard de Honnecourt du début du XIIIe siècle dans lequel on constate également un grand éclectisme dans les sujets représentés, la même saturation des pages avec des dessins disposés en tout sens et une organisation dont la logique est tout aussi difficile à percevoir8. Dans ce cas d’ailleurs, les genres du carnet de notes – écrites ou graphiques – aide-mémoire et du carnet de voyages se mêlent puisque Villard, comme il l’indique lui-même, a voyagé en diverses contrées, ainsi que l’attestent aussi ses dessins. Le Karlsruher Skizzenbuch de Hans Baldung Grien, réalisé entre 1511 et 1545, montre également une grande variété des sujets (paysages, ville, animaux, portraits, etc), toujours étudiés d’après nature9. S’il n’est pas toujours possible d’identifier précisément les « modèles » de l’artiste, nombreux sont dans ce cas les liens qui peuvent être établis entre ses dessins et ses tableaux et estampes, éclairant bien ainsi l’usage de ce carnet comme recueil de motifs à recomposer, qu’il convient de distinguer des feuillets d’études d’un Pisanello par exemple, mais aussi du carnet de modèles par destination, c’est-à-dire conçu et créé à cette seule fin et à destination d’autres artistes.

L’objectif du colloque n’est pas de dresser un inventaire – forcément lacunaire – des carnets de notes ou de références qui existent10, mais bien plutôt de tenter l’analyse de leur mode de conception ainsi que de l’usage, ou plus sûrement des usages (documentaire, de mémorisation, de modèle) qui ont pu en être faits par les artistes eux-mêmes au travers de leurs réalisations. Pour les époques plus anciennes, pour lesquelles ces carnets manquent le plus souvent, la reconstitution virtuelle de tels portfolios pourrait être tentée au regard de la production d’un artiste ou artisan. En effet, si le recours à ces corpus de références est plus rarement documenté, il n’en est pas moins hautement probable. Or l’analyse des œuvres attribuées à un même individu ou à une même équipe d’ouvriers – méthode traditionnelle en histoire de l’art – permet de se faire une idée, au moins partielle, de son bagage culturel et artistique. Partant, et même si la tâche n’est pas facile car nous échappe tout ce qui n’a finalement pas servi, un regroupement de ces possibles références personnelles pourrait être tenté qui, de manière sous-jacente, fera transparaître aussi la question des modèles, des media permettant leur circulation, leur transmission, tout autant que celle de leur réception.

C’est ce que la mise en regard de ces pratiques, de façon diachronique et en les faisantdialoguer les unes avec les autres, pourrait à l’issue permettre de mieux comprendre, cellesles plus récentes pouvant peut-être éclairer les plus anciennes. À cette fin, les contributionsabordant les périodes les plus anciennes seront particulièrement appréciées, et ce malgré unedocumentation directe moins abondante.


Organisation scientifique

Denise Borlée, maître de conférences en Histoire de l’art médiéval

Hervé Doucet, maître de conférences en Histoire de l’art contemporain

Institut d’Histoire de l’art, Université de Strasbourg, UR 3400 ARCHE

 

Comité scientifique

Marion Boudon Machuel, professeur d’histoire de l’art moderne, université de Tours

Gwenaël Citérin, responsable Arts et Iconographie, bibliothèque nationale et universitaire de Strasbourg

Julie Ramos, professeur d’histoire de l’art contemporain, université de Strasbourg

Laurence Riviale, maître de conférences HDR en histoire de l’art moderne, université Clermont Auvergne

Jérôme Schweitzer, conservateur des bibliothèques, bibliothèque nationale et universitaire de Strasbourg

Catherine Soulé-Sandic, cheffe du département arts, langues, littératures et aires culturelles, bibliothèque nationale et universitaire de Strasbourg

Laurence Terrier Aliferis, chargée d’enseignement et chercheure avancée, université de Neuchâtel

 

Informations pratiques

Ce colloque se tiendra à Strasbourg les 24 et 25 mars 2022. Les communications seront de 25 mn.

Langues acceptées : français et anglais.

Les propositions sont à envoyer par courriel aux organisateurs pour le 15 mai 2021 au plus tard, sous la forme d’un résumé (3000 caractères maximum) accompagné d’un titre et d’un bref curriculum vitae de l’auteur.

Renseignements et contact : borlee[at]unistra.fr et/ou hdoucet[at]unistra.fr

L’acceptation des propositions sera notifiée au début du mois de juillet 2021.

 

----------

1.  Véronique Meyer et Marie-Luce Pujalte-Fraysse (dir.), Voyage d’artistes en Italie du Nord. XVIe-XIXe siècle, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2011. Tiphaine Larroque, Claire Le Thomas et M. Demange (dir.), Voyages d’artistes. Entre tradition & modernité, Strasbourg, Presses universitaires de Strasbourg, 2016. Voir également la récente exposition du Musée des beaux de Dijon : Le Grand tour. Voyage(s) d’artistes en Orient, (novembre 2019-mars 2020).

2.  Le Corbusier écrit en 1907 : « Je suis allé hier à la Chartreuse (...) j’y ai trouvé la solution de la maison ouvrière type ». Il s’agit de la chartreuse d’Ema dont il entreprend la visite pour suivre les écrits de John Ruskin. Le Corbusier, Correspondance - tome 1 Lettres à la famille 1900-1925, Paris, In Folio, 2011.

3.  Le Corbusier, L'atelier de la recherche patiente, Paris, Éditions Vincent Fréal, 1960, cité par Marc Bedarida dans l'introduction de l'ouvrage Voyage d'orient, 1910-1911.

4. C’est également le cas d’industriels d’art comme Antonin Daum. Mireille Bouvet, « Le « Musée imaginaire » d’Antonin Daum », dans François Loyer (dir), L’École de Nancy et les arts décoratifs en Europe, Metz, Éditions Serpenoise, 2000, p. 46-59.

5. Le colloque « Un portrait intérieur. Le Musée imaginaire des Impressionnistes » s’est tenu à Rouen les 6 et 7 septembre 2016.

6.  André Malraux, Le Musée imaginaire, 1947.

7. Voir appel à communications du colloque : http://blog.apahau.org/appel-a-communication-un-portrait-interieur-le-musee-imaginaire-des-impressionnistes-6-7-septembre-2016-rouen/

BnF, ms fr. 19093.

9   Karlsruhe, Staatliche Kunsthalle, inv. VIII 1062. Holgern Jacob-Friessen (dir.), Hans Baldung Grien : sacré-profane, catalogue d’exposition, Berlin, Deutscher Kunstverlag, 2020, p. 271-289.

10   Pour n’évoquer que Strasbourg, des carnets de références encore non étudiés sont conservés à la Bibliothèquenationale et universitaire, aux Archives de la ville et de l’Eurométropole et au Cabinet des Estampes.

]]>
Actualités de l'ARCHE
news-1866 Fri, 26 Mar 2021 14:30:00 +0100 Séminaire "Discipline des corps et des esprits" - 3 /seminaires/discipline-des-corps-et-des-esprits#c38276 Damien Bouliau. « Marginaliser et détruire : le procès de Guillaume Jo à Albi en 1670 » Gwénael Murphy.

« De l'humiliation des corps masculins. Les procès en impuissance au XVIIIe siècle »

]]>
Agenda Agenda de l'ARCHE
news-3318 Fri, 26 Mar 2021 00:00:00 +0100 Temps et expérience des temporalités de l’Europe médiane à l’époque contemporaine : sur les traces de mondes vécus https://www.bnu.fr/fr/evenements-culturels/agenda-culturel/en-ligne-journee-detude-leurope-mediane Agenda de l'ARCHE news-1865 Fri, 19 Mar 2021 14:30:00 +0100 Séminaire "Discipline des corps et des esprits" - 2 /seminaires/discipline-des-corps-et-des-esprits#c38276 Antoine Fersing «La police des tavernes et cabarets dans la Lorraine de la première modernité, ou la délicate conciliation des réquisits de la morale et du fisc » Gwénael Murphy.

« De l'humiliation des corps masculins. Les procès en impuissance au XVIIIe siècle »

]]>
Agenda Agenda de l'ARCHE
news-1986 Thu, 18 Mar 2021 17:00:00 +0100 Projet Synthèses. Conférence de Boris Noguès /actualites/actualite/projet-syntheses-conference-de-boris-nogues Les thèses dans les universités françaises à l’époque moderne. Usages et traces. Boris Noguès (MCF en histoire moderne, ENS-Lyon)

« Les thèses dans les universités françaises à l’époque moderne. Usages et traces. »

jeudi 18 mars, 17h00-19h00

 

En raison des conditions sanitaires actuelles, la séance se tiendra en visioconférence via le lien de connexion BBB suivant : https://bbb.unistra.fr/b/lau-nwy-zzs-zmz

]]>
Agenda Agenda de l'ARCHE
news-1847 Thu, 18 Mar 2021 15:00:00 +0100 Séminaire Frontières et Itinéraires en Europe - 2 /seminaires/frontieres-et-itineraires-en-europe-du-moyen-age-au-xxe-siecle-des-documents-aux-cartes Ingrid Houssaye-Michienzi (CNRS) Commercer au-delà des frontières religieuses dans la Méditerranée du XVe siècle : chrétiens, juifs et convertis dans l'île de Majorque Agenda Agenda de l'ARCHE